Émergence… Cultivons nous

« Nous n’émergeons pas, nous renaissons »

Le Point.fr – Publié le 

Observant l’embellie du continent à l’aune de « l’émergence », l’économiste Laurence Daziano* cite le financier Lionel Zinsou. Entretien.

Le Point Afrique : Entendons-nous d’abord sur le mot. Que signifie pour un pays d’être « émergent » aujourd’hui ?

Laurence Daziano : C’est une exhkzfw-2539875-jpg_2180466cellente question, d’autant que la notion d’émergence est toute relative si l’on considère que la Chinea représenté, jusqu’au XIXe siècle, près du tiers du PIB mondial ! Aujourd’hui, dès qu’un pays non occidental connaît des performances économiques supérieures, il est qualifié d' »émergent », sans que les critères de cette émergence soient très clairs. En d’autres termes, on retient souvent une approche conjoncturelle (un taux de croissance élevé) au détriment d’une analyse objective des critères d’émergence de long terme. Pour ma part, je propose cinq critères pour définir les pays émergents. La population, tout d’abord, qui doit être assez nombreuse pour constituer la main-d’oeuvre productive et le marché intérieur qui est nécessaire au développement d’une économie domestique. Une population d’environ 100 millions d’habitants, jeune, éduquée et en croissance, me paraît un seuil pertinent pour repérer les futurs champions émergents. Le taux de croissance, ensuite. Si on se réfère aux performances des Brics, un taux de croissance moyen de 5 % par an sur dix ans est le sentier de croissance qui permet de faire décoller une économie. L’urbanisation, ensuite, qui est un facteur important car les villes permettent à la population d’accéder aux infrastructures essentielles (eau, électricité, éducation) à un moindre coût. Un taux d’urbanisation d’environ 50 % ou en forte croissance paraît adapté. En parallèle, les infrastructures sont essentielles à l’émergence, notamment tout ce qui permet de produire de l’électricité et de maîtriser l’acheminement de l’eau potable. Enfin, la stabilité politique est un élément-clé pour attirer les investissements. Quel que soit le type de régime, une économie nécessite un climat des affaires stable et non fluctuant. Les investisseurs veulent être rassurés. Ils doivent être certains de pouvoir récupérer leurs mises, notamment dans les projets d’infrastructures qui sont à long terme. Il faut, par exemple, dix ans pour un barrage hydroélectrique entre la pose de la première pierre et la production d’électricité. Les investisseurs doivent avoir une visibilité sur leurs investissements.

 

 

Qu’est-ce qui distingue un pays en voie de développement d’un pays émergent ?

Selon la définition la plus communément admise, un pays en voie de développement ou un pays en développement est un pays, généralement dit « du Sud », moins développé que les pays dits « du Nord ». Cette classification, directement issue de la division du monde entre Nord et Sud, date de 1945. Elle est de moins en moins pertinente avec les progrès économiques faits par les pays du Sud et les difficultés économiques croissantes que connaissant les pays du Nord. La chute du mur de Berlin, la mondialisation et la croissance spectaculaire de la Chine ont clairement rebattu les cartes. De ce point de vue, on pourrait considérer que le PIB par habitant est l’indicateur économique le plus pertinent pour distinguer pays émergent et pays en développement. Il existe également l’indicateur de développement humain (IDH). Mais l’inconvénient de ces systèmes de mesures, c’est qu’ils ne prennent pas en compte les potentialités d’un pays. Or, un pays émergent se caractérise principalement par un retard de développement par rapport aux pays riches, mais qui connaît un sentier de croissance de long terme qui lui permet d’espérer un rattrapage accéléré de ce retard.

Pourquoi ce mot est-il apparu pour désigner ceux qu’on a fini par appeler les Brics ?

L’acronyme Brics a été créé par un économiste, Jim O’Neill, à l’époque chef économiste de Goldman Sachs, qui cherchait à regrouper sous un terme facile les marchés les plus porteurs économiquement et financièrement dans les dix années suivantes. Il s’agissait surtout de trouver une « formule magique » pour signaler les potentialités d’investissement dans les pays émergents. Or, la formule magique a coïncidé avec une analyse de fond qui s’est révélée exacte. La Chine est aujourd’hui la seconde puissance économique mondiale, après avoir dépassé la Russie puis le Japon. L’Inde et le Brésil ont également connu une décennie triomphante avec des taux de croissance record. Le succès est tel que l’on peut d’ailleurs se demander si la Chine est encore un pays émergent. Certes, le PIB par habitant est encore faible, mais à plusieurs points de vue, elle est clairement devenue un pays « émergé ».

Quinze ans après avoir été érigés en bastions d’espoir économique, les Brics entrent dans le rang avec des problèmes de compétitivité. N’est-ce pas un processus fatal ?

Non, c’est un processus normal qui confirme que les Brics sont désormais des pays émergés et non plus émergents. Les Brics ont atteint une certaine maturité de croissance. Ils ont atteint le « tournant de Lewis », concept forgé par Arthur Lewis, Prix Nobel d’économie en 1979. Ce tournant se définit comme le moment où, dans une économie en développement, une main-d’oeuvre abondante se raréfie, entraînant une augmentation des revenus, une contraction des marges bénéficiaires des entreprises puis une chute de l’investissement. Les Brics sont actuellement dans ce tournant, lequel a pour conséquence de créer une nouvelle classe moyenne, dotée de revenus intermédiaires, qui fait basculer le moteur de la croissance de l’exportation vers la consommation intérieure. Les Brics connaissent ainsi les mêmes problématiques que les pays occidentaux « du Nord ». Ils sont aux prises avec une classe moyenne émergente qui revendique plus de justice sociale, moins d’inégalités, une assurance vieillesse, une assurance chômage, une assurance maladie, des infrastructures qui permettent d’avoir l’électricité sans coupure et un système éducatif qui permettra à leurs enfants de profiter de l’ascenseur social. C’est bien le sens des émeutes au Brésil au printemps 2013 et qui continuent sporadiquement.

Les taux de croissance élevés de certains pays africains font croire que tout sera désormais possible. Quelle mise en garde pouvez-vous faire pour que la désillusion ne soit pas de la partie ?

Après « l’afro-pessimisme », certains sont passés à « l’afro-béatitude » ! Je pense qu’il faut regarder les faits et les chiffres : dans quels pays est-il vraiment possible de faire des affaires, dans un contexte juridique stable et sans corruption ? Quelles sont les perspectives économiques de moyen et long terme qui permettent de s’engager dans des investissements ? Beaucoup plus de choses sont désormais possibles. Pour autant, tout n’est pas possible. Pour ma part, je considère qu’il existe de vraies valeurs sûres en Afrique, par exemple le Ghana, le Mozambique, le Nigeria, la Côte d’Ivoire ou le Botswana.

Vous avez regroupé sous l’acronyme Benivm de nouveaux pays émergents parmi lesquels deux africains, l’Éthiopie et le Nigeria. Pourquoi eux et pas les autres, pourtant à fort potentiel ?

Le Nigeria est aujourd’hui, en 2014, la première puissance économique africaine devant l’Afrique du Sud. Il était difficile de ne pas le mentionner ! Les Nigérians ont le sens des affaires, le pays dispose d’immenses ressources pétrolières, la population est en forte croissance démographique et l’urbanisation connaît une accélération poussée. En d’autres termes, le Nigeria présente toutes les caractéristiques d’une grande puissance émergente. Quant à l’Éthiopie, il s’agit d’un pays méconnu, mais qui a le potentiel d’un « lion africain », comme on a parlé dans les années 1980 des « dragons asiatiques ». Ces deux pays répondent au critère de population que je me suis fixé dans la définition des nouveaux pays émergents, puisqu’ils sont les deux pays d’Afrique les plus peuplés (165 millions d’habitants pour le Nigeria et 92 millions pour l’Éthiopie). Néanmoins, et vous avez raison, d’autres pays africains disposent d’un potentiel important : les pays lusophones que sont l’Angola et le Mozambique, mais aussi le Ghana dont la stabilité politique et institutionnelle attire les investisseurs. Il faut désormais compter avec ces nouveaux « lions » africains.

L’Afrique compte une cinquantaine de pays. Où se situerait, selon vous, la taille critique en termes d’intégration pour qu’un ensemble, ou deux, émerge et dépasse l’émergence pour un vrai niveau de pays développé ?

C’est une question difficile. L’intégration se fait progressivement, par exemple en Afrique de l’Ouest avec l’apparition d’une immense conurbation maritime qui englobe, du Nigeria à la Côte d’Ivoire, des villes telles que Lagos, Cotonou, Lomé, Accra et Abidjan. Il s’agit d’ailleurs de la première zone de croissance africaine. En Afrique de l’Est, à partir du Kenya, un ensemble est également en train de se construire, avec l’Ouganda, la Tanzanie, le Rwanda et l’Éthiopie. Assurément, les pays africains doivent s’organiser régionalement afin de favoriser les échanges commerciaux et l’apparition d’industries de transformation. Cette intégration régionale est également fondamentale pour les infrastructures. Ainsi, l’Afrique du Sud est dépendante des projets hydroélectriques du Mozambique ou de la RDC. Cette intégration régionale favorise donc incontestablement la croissance et le développement. Le chemin pour y arriver sera long, mais il n’est pas hors de portée pour les Africains.

Pour vous, au regard de ce que vous avez observé en économie, l’Afrique demain, c’est… ?

Un continent renaissant, pour reprendre le mot du Franco-Béninois Lionel Zinsou à propos des pays africains : « Nous n’émergeons pas, nous renaissons. » Je trouve que c’est une belle expression, à laquelle j’adhère, et qui prend en compte l’histoire longue, indispensable à la compréhension de l’émergence.