Okibourse a rencontré Isaac Gnamba —

Okibourse.Com – Tous ceux qui l’ont été savent combien il est difficile d’être pionnier dans un domaine. Il y’a des produits qui décollent d’un coup comme l’usage du téléphone mobile en Afrique et ceux qui demandent beaucoup plus d’ardeurs pour briser les appréhensions et mobiliser les décideurs. C’est certainement dans ce deuxième lot que se situe le service ETranzact développé par la société du même nom.

(De Gche à Dte) MM Homanin et Gnamba Yao, le samedi 22 mai 2010 à Pigier

Ce fournisseur de services monétiques à valeur ajoutée a un produit pourtant simple d’utilisation. Il permet à ses banques clientes d’émettre des cartes bancaires disposant de plusieurs fonctionnalités et exploitables à la fois sur les guichets automatiques, les terminaux de paiement électroniques (Tpe), le téléphone mobile et le web. C’est avec fierté que M Isaac Gnamba Yao, son directeur général, se plait à souligner cette particularité qu’il qualifie « d’unique et d’innovant ».

Sur le marché, les ivoiriens connaissent déjà la Cefa Carte, une carte bancaire prépayée et rechargeable émise et distribuée par la Versus Bank. La Biao devrait lancée la sienne bientôt.

La plateforme d’ETranzact permet également aux agences des banques clientes de servir de points de collecte des paiements en espèce ou en chèque au profit de toute entreprise qui souhaite accroître ou externaliser son réseau de recouvrement. Ainsi les 100 000 abonnés de Canal Horizons pourront bientôt profiter du réseau d’agences d’Ecobank pour le paiement de leurs factures.

A ce jour, Versus Bank, Biao et Ecobank sont les 3 banques connectées à la plateforme ETranzact en Cote d’ivoire. C’est bien loin des 28 banques partenaires au Nigeria ou des 9 du Ghana. Pour M. Bertin Homanin, Directeur de la Stratégie et du Marketing, « on peut être néanmoins indulgent lorsqu’on considère que la filiale ivoirienne n’a que 2 ans avec à son actif un réseau de prés de 400 TPE repartis dans la seule ville d’Abidjan« .

Les 2 diplômés de l’Instec que nous avons rencontré ont de très grandes ambitions pour leur société. Ils sont fougueux et enthousiastes au point que nous avons eu l’impression qu’une certaine bureaucratie des interlocuteurs en face les retarde. ETranzact est en passe d’obtenir sa licence de fournisseur de monnaie électronique auprès de la Bceao (Banque centrale des états d’Afrique de l’ouest) en vue de prendre entièrement le contrôle de son développement. Pour cela, le capital social de la société est déjà passé de 10 à 500 millions de FCFA entièrement libérés, 200 millions de plus que ce qui est exigé par la Bceao pour obtenir ce statut.

En attendant, M Gnamba Yao et son équipe continuent de développer leur service et d’explorer la sous région. Les dirigeants de la première filiale francophone du groupe ETranzact sont conscients du défi. « Nous sommes déterminés à vaincre tous les obstacles, nous accompagnons toutes les Institutions financières qui signent avec nous en mettant à leur disposition 500 TPE. Nous avons libéralisé notre API pour permettre aux sites web ivoiriens de se doter de notre solution de paiement en ligne  sans débourser 1 franc», souligne Monsieur Isaac Gnamba-Yao.

Visiblement, il y’a encore du travail à faire. Lorsqu’on nous a expliqué les différentes fonctionnalités de la Cefa Carte (ceci fera l’objet d’un prochain article), nous avons eu l’impression que la Versus Bank ne profite pas de sa pole position pour imposer sa carte bancaire avant l’arrivée des autres.

Euclide Okolou